Nouvelle-Calédonie

09 juillet 2016

Salut à toutes et à tous,

On vous avait laissé sur un article incroyable à propos de Magic Swan et de son équipage au chantier naval de Riverside à Whangarei.

Et bien tout ça c’est maintenant de l’histoire ancienne. Magic Swan navigue à nouveau et son équipage est bien content d’avoir quitté la Nouvelle-Zélande.  Pas qu’on aime pas la Nouvelle-Zélande, mais faut dire qu’après 3 mois à Whangarei, on avait fait un peu le tour et surtout on devait mettre le chauffage le soir pour ne pas mourir de froid.

C’est donc le 26 avril qu’on se décide à partir pour la Nouvelle-Calédonie.  On hésitait un peu entre retourner à Fiji ou alors faire un petit tour vers Tonga, mais finalement, on a mis le cap au 330°, droit sur la Nouvelle-Calédonie.  Les baguettes et le fromage nous ont un peu motivés à partir pour ce territoire français mais c’est surtout la perspective de revoir nos amis d’Ouma, Sophie et Benjamin qui nous réjouit.

Grâce à notre talent et à un voilier très bien préparé, les  1'800 kilomètres qui séparent Whangarei de Nouméa ont été avalé en moins de 9 jours.

Les premiers jours ont été un peu rudes avec des températures qui avoisinent 12°. Vivement le retour sous les tropique mais pour ça il faudra attendre d’avoir passé les 25° sud.

Arrivée le 4 mai à Port Moselle, Nouméa.

On ne peut pas dire qu’on est emballé par Nouméa mais ça nous fait vraiment plaisir de revoir les copains. Le résultat c’est qu’on y reste quand-même  pas loin de trois semaines.  Mais en semaine, pendant que les amis sont bloqués par leur travail, nous on profite quand-même pour aller visiter un peu les alentours.

 L’Ilot Amédée

 

L’Ilot Tenia

BBQ du soir sur l’ilot.

Découverte du maquis minier dans la Province du Sud

 

En pleine randonnée avec notre grand ami Hannes

L’exploitation du nickel

Le 29 mai on se décide quand-même à quitter Nouméa. L’idée c’est de partir en direction de l’ile des Pins en s’arrêtant entre temps pour profiter de quelques jolis mouillages.

Le premier c’est l’ilot Casy.  Un bel exemple des différents types de paysage en Calédonie. Sur moins d’un kilomètre carré, on retrouve le maquis minier si typique de la Province du Sud, le maquis arbustif, le maquis para-forestier, et à l’extrême sud de l’ilot, un bout de forêt tropicale. En plus, on constate un taux d’endémisme absolument incroyable. On parle quand-même  de plus de 80 % d’endémisme.  Franchement, pour des grands spécialistes de la nature comme nous, on est émerveillé.

Un autre mouillage à la baie de la Somme.

Le 29 mai on quitte « le caillou » tôt le matin pour naviguer jusqu’à l’ile des Pins, ce qui nous prends une bonne journée. On fait de notre mieux pour essayer de pécher mais encore une fois, rien ! On est convaincu qu’il n’y a plus un seul poisson dans les océans.

L’ile des Pins y’a pas à dire c’est quand-même franchement beau. Les couleurs sont splendides.  Le bleu du lagon sur le vert des pins colonnaires, c’est tout simplement magnifique.

Et au niveau des endroits vraiment jolis, c’est pas fini. Après l’Ile des Pins on se dit que de faire un crochet par les Loyautés ça serait pas un luxe. On est un peu des voyous parce qu’en réalité, comme on a fait notre sortie du territoire à Nouméa, on est pas vraiment sensé rester dans les eaux calédoniennes.

Mais tant pis, on sera hors la loi ! Alors cap sur la première ile des Loyautés, Mare.

Tiens, est-ce que les gens ici n’aiment pas trop les gendarmes ?

Ensuite il y a Lifou, que l’on a visité en pleine saison des mariages.

Et finalement, Ouvéa et sa tristement célèbre grotte.

Est-ce que les gendarmes s’imaginent que Claude fomente une prise d’otage ?

Une plage splendide de plus de 25 kilomètres.

Et voilà, comme promis la dernière fois, on vous a mis des photos de lagons et aussi une ou deux photos de nous. Comme vous pouvez le voir, on est toujours en bonne santé, de nouveau bronzés et surtout toujours aussi heureux de visiter de nouvelles contrées.

Notre fière embarcation se porte également bien. Il y a bien eu une nuit, où, à cause d’un petit coup de vent d’ouest, elle a eu envie d’aller se jeter sur un récif, mais heureusement pour nous,  le mouillage a tenu bon.

Le prochain article sera sur le Vanuatu. On y est depuis quelques jours et on a l’impression que ça va nous plaire !

 On vous racontera tout ça prochainement. (enfin si  on trouve de l’internet)

Tata les amies et amis.

Retour à la liste